J'ai adoré le film sur Dalida !

Publié le par Bellattitude

J'ai adoré le film sur Dalida !
Trente ans après son départ, la chanteuse Dalida fascine toujours autant ! Non seulement, elle revit depuis janvier à travers un bieaupic* signé Lisa Azuelos mais, le palais Galliera lui consacre également l'#ExpoDalida du 27 Avril au 13 Août 2017. À travers sa garde-robe, le musée de la mode de la Ville de Paris retrace ainsi le parcours de cette artiste au talent incroyable.

                                           

  Et, le biopic alors, c'était comment ?


Vraiment émouvant ! J'ai appris énormément sur la star et je dois vous avouer que j'ai eu les larmes aux yeux surtout quand les scènes intimes se complètent avec la BO, qui elle, rappelle fidèlement les plus grands succès de la star. J'aime déjà Dalida  (tant la femme que l'artiste) à la base et ce long-métrage ne vient qu'accentuer l'image douce et fragile que j'ai de cette chanteuse et musicienne égyptienne.

J'ai adoré le film sur Dalida !J'ai adoré le film sur Dalida !J'ai adoré le film sur Dalida !
J'ai adoré le film sur Dalida !J'ai adoré le film sur Dalida !J'ai adoré le film sur Dalida !

1.Une enfance douloureuse

Dès son plus jeune âge, Dalida, de son vrai nom Yolanda Cristina Gigliotti est aveugle et souffre d'une grave ophtalmie. Alors qu'elle n'était encore qu'un bébé, elle est alors contrainte de porter un bandage. Elle subira ensuite plusieurs interventions. Avec le port de ses lunettes correctrices et proéminentes, Dalida a été pendant des années le souffre-douleur de ses camarades de classe. Pendant son adolescence, elle décide donc de s'en débarrasser une bonne fois pour toutes.

2.L'absence d'un père

Un premier drame alors qu'elle n'a que 12 ans ! Son père Pietro, qui œuvrait comme violoniste à l’opéra du Caire disparaît prématurément.

3.Frère et soeur : une relation forte.

Dalida semble très proche de son frère, il est omniprésent. C'est lui, qui orchestre la carrière de sa sœur en devenant son imprésario et son producteur. Aujourd'hui encore, il fait parler d'elle !

4.Un secret/regret sans doute trop lourd à porter

La dame aux cheveux blond, ne rêvait pas que de la scène, mais aussi d'une vie de famille totalement ordinaire. Il y avait aussi autre chose d'enfoui en elle : un désir d'enfant !  La vie lui donne l'occasion de satisfaire son désir maternel à l'âge de 34 ans, mais elle décide de mettre un terme à cette grossesse, car son compagnon (Lucio, jeune étudient) n'avait que 22 ans. Pour elle, cette nouvelle serait mal perçue par la société et elle ne souhaite pas imposer une telle responsabilité à son jeune amant. Malheureusement, la chanteuse devient stérile suite à l'opération clandestine.

5.Une vie amoureuse désastreuse

Les hommes tombent facilement sous le charme de Dalida, mais ils se retrouvent comme happé par ce personnage palpitant. « Je porte malheur aux hommes que j’aime », avait-elle confessé un jour. En effet, Lucien Morisse, Luigi Tenco ou encore Richard Anfray (trois de ses conquêtes) se donneront la mort.

6.Dalida une artiste honnête

Dalida ne chante pas, elle se confie ! C'est ce qui donne une dimension humaine et profonde à des titres comme Je suis malade, Histoire d'un amour, La chanteuse des cœurs, Mourir sur scène, Pour ne pas vivre seul, Pour en arriver là, Les hommes de ma vie ou À ma manière.

7.Une grande sentimentale

Malgré le temps qui passe Dalida sera toujours une chanteuse d'amour ! Elle transforme ses idylles en paroles suaves, ce qui la rend unique.

7.Yolanda, la femme non accomplie

On s'en rend compte rapidement, derrière la diva ornée de strass et de paillettes se cache une femme qui souhaite être aimée et entendue pour ce qu'elle est vraiment. À mon avis, elle n’avait pas la vie qu’elle aurait voulu avoir. Elle qui voulait simplement faire du cinéma...

Un mot sur le casting ?
 
 
« Coup de cœur » pour l'italienne SVEVA ALVITI qui incarne et a osé incarner "Dalida" (sérieusement il fallait le faire) ! Elle s'impose pendant 2h, dans ce rôle PAS si simple ! J'ai retrouvé la sensibilité, la chevelure, l'accent et le regard mystérieux de Dalida. Je lui pardonne franchement d'être moins à l'aise sur scène où derrière le micro. Le principal c'est que le personnage incarne sans en devenir une copie conforme. Sveva est pour moi l'unique révélation de ce casting même si Riccardo Scamarcio (dit « Orlando » , frère de Dalida) et Jean-Paul Rouve (Lucien Morisse mari de Dalida) trouvent leur place eux aussi.
 
 
Bref, un bien bel hommage à Dalida, à voir absolument !
 
 

Durée : 2h04 ~ Genre : Drame/Film biographique ~ L'affiche :

 

*bio & beau

Publié dans culture, film, expo

Commenter cet article